jeudi 26 mars 2015

Nars Dual Intensity Eyeshadow Palette: celle qui rigole pas.




Ça ne veut pas dire que moi je ne peux pas en rire, mais crois moi, aujourd'hui je vais te parler d'un truc qui ne plaisante pas. Un truc que j'ai passé des jours entiers à attendre, bloquée sur le site de Sephora, à user ma touche f5 jusqu'à l'os. Oui, je te vois hausser le sourcil, et c'est pas grave, je suis pas à un sourcil près. Mais en plus je n'étais pas seule dans cette galère, et quand j'ai enfin eu mon apparition divine, je me suis empressée de la mettre dans mon panier, et de prévenir la mega folle de poudre aux yeux qui l'attendait elle aussi de pied ferme (elle, elle se reconnaîtra, mais si tu veux, tu peux la trouver ici, elle se cache pas). 






Je te cache pas non plus que pour pouvoir m'offrir cet assortiment de fards révolutionnaires (t'avais pas fait gaffe qu'on t'en avait rebattu les oreilles sur la blogo quand ils sont sortis en mono?!) j'ai bien évidemment dégainé un code -25%. Entre 41 euros et 55 euros, qu'est ce que tu préfères lâcher, hein?! 

Faut dire qu'à 27 euros LE fard, même avec -25% et même révolutionnaire, je préfère la version palette qui en contient huit, de contenance par ridicule comparée aux monos, et en plus avec un fard en édition limitée spéciale palette (on leur pardonnera cette faiblesse marketing)






Puis elle est arrivée. Je vais pas pousser jusqu'à dire que le messie a débarqué dans ma boîte aux lettres, mais limite quoi... Et je pense que j'ai jamais déballé un truc avec autant de précaution. Tu sais, quand tu veux retirer le papier alu qui entoure une plaque de chocolat sans la déchirer et que si tu la déchires tu défonces tout comme si c'était de la faute de cette connasse de plaquette de chocolat que t'avais pas besoin d'acheter de toute façon morfale!  Et ben pareil. 
Faut dire que sa succession de petites protections bien soignées me donnaient pas envie d'arracher ça comme on essaie de déballer un rouge à lèvres de supermarchés sans ciseaux (c'est impossible, tu le sais, et pourtant, t'as encore essayé hein?! Idiote)




Et enfin, elle te tombe entre les doigts. Son boîtier noir, massif et compact à la fois. Son miroir sur le dessus, que tu essaieras par tous les moyens de ne pas dégueulasser avec tes bouts de doigts poisseux, mais c'est aussi insensé que de vouloir ouvrir l'emballage de ton dernier rouge Bourjois sans ciseaux j't'en ai déjà parlé plus haut.. Même pas testée qu'elle est déjà pleine de traces douteuses (ou est ce que tu as bien pu aller fourrer tes doigts pour qu'ils soient gras comme ça?!)

Maintenant, tu peux explorer l'intérieur. 
Au premier abord, j'avoue que malgré leur "moulage géométrique", ils me paraissaient bien plats ces fards. Et pas bien assortis. Ah je pouvais pas m'en, empêcher, fallait bien que je râle avant de tremper mon pinceau dedans. Ou le pinceau fourni.
Ouais, ils sont sympas chez Nars, ils t'ont vendu une palette à 55 euros et ils y ont mis un pinceau qui, selon eux, serait parfait pour choper toute l'intensité de ces fards que tu peux utiliser mouillés, je te rappelle (sec ou mouillé...dual intensity..tu as saisi?)




Au départ, je me suis bien évidemment dit qu'il servirait à rien ce truc riquiqui, sinon à me faire chier à tomber à chaque fois que j’ouvrirai la palette. 
Et ben j'ai eu tort.
Ouais t'as bien entendu, je me suis trompée, et je m'écrase toute seule comme une grande pour l'admettre, profites en, ça arrivera pas tous les jours.

Pour swatcher les huit merveilles du monde (aaah mais pourquoi je pense toujours à ce maudit chocolat disparu quand je dis ça!) je me suis servi de mes gras doigts pour vous montrer l'intensité à sec, et du pinceau pour tester l'intensité du fard mouillé.

En haut: Europa. En bas: Andromeda. D'abord sec, puis mouillé.

Premiers tests, premières grosses déceptions. Franchement, en voyant ça sur mon bras, l'excitation est bien vite retombée. C'est quoi cette pigmentation à chier? C'est quoi ce manque d'homogénéité? 
C'est la douche froide avec les deux premiers fards. De la grosse daube, moi j'te dis! Et quand tu vois que ce sont là les deux seuls fards clairs de la palette, tu pleures. Enfin pas littéralement, faut pas déconner. Quoi que j'ai bien pleuré devant un documentaire sur le big bang l'autre jour...vas comprendre...


En haut: Himalia. En bas: Lysithea. D'abord sec, puis mouillé.

Et puis là...Aaaalleluia!! Tu lèves les bras vers le ciel et tu remercies le gros barbu là haut (le Père Noël) d'avoir transféré l'intensité manquante des deux premiers fards dans ces deux petites merveilles.
Ah. Ouais. Sans déconner. Quand j'ai swatché ça, j'étais sur le cul. Et point de suspens inutile: Lysithea...aaah...Putain que ce fard est beau: mon préféré, sans aucun doute. Avec Himalia aussi remarques..A tel point que j'ai presque eu envie de les acheter en mono pour être sûre de toujours en avoir alors que je venais à peine de déflorer cette palette.


En haut: Ursa Major. En bas: Giove. D'abord sec puis mouillé.

En ouvrant la palette, Ursa Major me semblait bien fade, un marron caca d'une banalité affligeante. Et puis en swatchant, deuxième retour de baton: j'avais encore jugé trop vite. Damned! Il est vachement beau celui là aussi. Sa lumière se révèle quand tu l'utilises, sec ou mouillé il a de jolis reflets. Pas aussi "waooouh" qu'Himalia ou Lysithea, mais pas mal quand même.
Giove, par contre, m'inquiétait un peu. C'est le genre de fard bleu très foncé que je trouve toujours joli, mais que je n'ose pas me plaquer sur l'oeil de peur de me retrouver avec un truc mastoc façon big n'oeil de panda. Et BIM! Une fois de plus, non, aucune déception: il est teeeellement lumineux, et se travaille tellement bien et...enfin bref, ça, j'en reparle plus bas.


En haut: Subra. En bas: Sycorax. D'abord sec puis mouillé.

Je ne suis pas arrivée à capter la complexité de Subra, Tant pis. 
Voilà.
Nooon c'est pas tout ce que j'ai à dire là dessus. C'est LE fard de la palette que je préfère mouillé que sec. Sec j'ai l'impression de me retrouver avec un brun foncé légèrement irisé, mais pas une personnalité dingue si appliqué sur toute la paupière. Mouillé, il claque. Tu le vois de toute façon non? Rien à voir.
Sycorax...le fard que j'aurais aimé voir remplacé par un autre de la gamme permanente. Parce qu'honnêtement, je ne m'en sers que sec (mouillé, t'as l'impression de te laquer les paupières au cuir liquide, c'est beaucoup trop intense pour moi) et seulement en coin externe, en "liner", des bricoles quoi..



Juste un petit exemple de Lysithea sur mes yeux. Aaaah...Lysithea...


Et que je te dise un truc, ces fards ne sont pas seulement hyper pigmentés, ils se travaillent hyper facilement, ils tiennent toute la journée. Et je te parle pas de la journée qui commence à 14h, pour une raison ou pour une autre, et se termine à 21h. Non, maquillée à 7h, démaquillée à 23h, toujours là, toujours en place, toujours nickel.

Evidemment, il te faudra piocher dans ton stock pour construire et parfaire ton maquillage avec des fards mats et des fards plus clairs qui se voient pour illuminer mais quand tu as envie de faire d'un seul fard la star de tes yeux (ouais, ça veut rien dire, mais j'me comprends, j'me comprends..), c'est bien vers cette palette qu'il faut se tourner. 
S'ils étaient pas aussi chers en mono je pense que je me serais déjà jetée sur deux ou trois autres fards. Mais qui sait, chez Nars ils ont le don de faire des éditions limitées qui te font te faire pipi dessus, alors je peux rêver d'une deuxième Dual Intensity Palette avec les autres teintes de la gamme, non?! (et ma touche f5 qui en pleure d'avance...)

Et toi, tu les as déjà testés ces fards double intensité qui te giflent la rétine? Si non, et que tu es tentée, désolée de te dire qu'il est maintenant un peu difficile de mettre la main sur cette palette, mais les fards mono sont toujours dispo (et toujours 27 euros)


lundi 23 mars 2015

J'arrêterai de parler de ma Birchbox le jour où...

...elle sera nulle à chier. Pas juste un peu décevante, pas à moitié bof, non, le jour où elle ne contiendra que de la merde. Une sélection qui me ferait regretter d'avoir pu mettre treize euros dans une daube pareille alors que j'aurais pu acheter un doudou pour mon futur mini...euh...acheter un fard mac en refill (c'est que j'étais à deux doigts de tomber dans la niaiserie. Mauvais pour ma réputation de connasse vulgaire!)

Et puis la Birchbox de mars a débarqué. Et alors que je fêtais mes deux ans d'abonnement en février avec une box qui m'avait quand même bien satisfaite, je m'attendais forcément à tirer la gueule en déballant celle là.
En plus j'ai vu des images de garces chanceuses qui l'avaient reçue avant moi, et mes yeux frétillaient d'envie autant que mes lèvres se pinçaient persuadée que je n'aurai pas droit à toutes ces jolies choses.






Raté. La box de mars, elle envoie du lourd, c'est pas encore ce mois ci que tu arrêteras tes articles barbants sur une box que des milliers (au moins) de blogueuses passent en revue.

Bon tout ça, c'est sans compter sur le paramètre "big feignasse" qui intervient dans chacune de mes actions.
Parce qu'au début, moi ça me plaisait bien de voir que la Birchbox de mars était comme tous ces nouveaux cahiers de coloriage, et que les deux "plus belles" réalisations pouvaient remporter un chèque cadeau de 500 euros valable sur l'e-shop Birchbox.
Des crayons de couleur, j'en ai plein, et le coloriage, trop facile quoi, j'ai 30 ans bordel, je sais colorier!
Mais j'ai la flemme de me poser devant ce couvercle et de passer je ne sais combien d'heures à remplir des motifs pas inspirés ni inspirants (la dernière fois que j'étais pas inspirée, j'ai écrit ça, tu vois...mauvaise idée...) Du coup, je me mets en mode grand seigneur et je laisse ma place à celles qui n'auront que ça à foutre, et le courage de le faire.






Trêve de blabla. Qu'est ce qui m'a faite rêver alors dans cette box?





La cellu cuuuuup!!!
J'avais raté la première fournée, et j'avais ralé de ne pas l'avoir reçue parce que j'avais lu des avis qui disaient que ça marchait bien cette petite connerie. Et là, bingo, ma cellulite et moi, on va enfin pouvoir décider de qui aura le dernier mot. Et ma cellulite, elle est balèze, et elle est partout, et elle gagne du terrain avec la rétention d'eau de la grossesse. La cellu cup pouvait pas mieux tomber.
Pour rappel, cette petite chose, tu la pinces, et tu insères un peu de ta peau préalablement huilée jusqu'à faire un bel effet ventouse, et tu fais glisser. Deux à trois fois par semaine.
Bon, sérieusement, je suis ravie de l'avoir reçue, mais ça fait presque deux semaines que je l'ai, et le seul morceau de peau d'orange qu'elle a aspiré c'est celui qui se trouve sur la photo là, au dessus. Ouais, je sais très bien que c'est typiquement le genre de "routine" que je n'arriverai pas à suivre. C'est chiant.

Cellu- cup. Glitter cup (ça, je n'en parle même pas..c'est au moins aussi moche que ma cellulite..) 20 euros.






Sampar - Fluide Ultra Hydratant

Un fluide hydratant, qui sent la rose. Tout ça, ce n'est pas sans me rappeler qu'en ce moment j'utilise une crème hydratante Sanoflore de la gamme Rosa Angelica, et qu'elle est plus que satisfaisante. Alors quand je vois un fluide hyper hydratant, léger, sans effet gras, et qui sent la rose à t'en déboucher joyeusement les narines, je me dis que je lui donnerai sa chance dès que j'aurai terminé mon tube de Rosa Angelica. Une éventuelle bonne découverte! (elle se mouille pas trop la meuf quand même t'as vu)

Miniature de 15ml - full size de 50ml 59 euros (je connaissais Sampar, mais je me rappelais pas que c'était cher à ce point!)






So Susan - Lip Dome Plumping Lip Tint

C'est un full size, c'est du maquillage, ça se met sur les lèvres, et c'est rose (pas que j'aime tous les roses, non, faut pas déconner): ça m'emballe direct.
J'adore la texture, ça laisse une impression de "zero matière" sur les lèvres (sans se faire oublier complètement non plus), et c'est mat. Ça c'est incompatible la plupart du temps, non?! Et je n'ai pas eu l'impression que ça me dessèche plus les lèvres que n'importe quel autre rouge à lèvres du même type. Normal, me direz vous, il est censé être hydratant. Et repulpant par la même occasion. Mais je n'ai rien remarqué à ce niveau là. 
Non, le seul truc qui m'a interpellée, c'est son odeur. Putain que ça sent fort!!! Ça sent...je sais pas...quelque chose comme une odeur de fruits chimiques. Et c'est tenace. que mes rouges à lèvres soient parfumés, ça ne me dérange pas, mais là, c'est quand même exagéré.

full size de 2,5g - 14 euros.







Skin&co Roma - Truffle Body Milk

Bon, je m'abstiendrai de tout commentaire sur le format de ce produit corps, parce que je pense avoir eu de belles choses jusque là (mais quand même, bordel, on fait quoi avec un sachet?! Une jambe?!).
J'avais déjà reçu un sérum visage de la même marque, qui ne sentait absolument pas la truffe, mais la noix de coco il me semble, et qui n'était pas désagréable à utiliser, mais je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas impatiente de tester le lait pour le corps. Allez, je croise les doigts pour que ça sente pareil, je fais une fixation sur la noix de coco en ce moment (et quand je pense à mon cheesecake coco/chocolat qui m'attend au frigo je me demande pourquoi je vais pas m'en couper une part plutôt que d'écrire cet article bidon. Ahahaha)

deux sachets de 6ml - full size de 230ml 30 euros





Mirenesse - Icurl 24 Secret Weapon Mascara

Un mascara!!! Baaaah évidemment que ça me plaît de recevoir un truc pareil! Et puis la brosse est en poils, pas en putain de silicone agressif comme je déteste, alors je fonce, je teste, et...
Et je suis déçue.
Je sais pas si c'est le mien, mais la matière est hyper sèche, j'ai du repasser une quinzaine de fois pour obtenir un semblant d'intensité bien répartie. Et c'est dommage, parce que la brosse est sympa, le résultat assez bien recourbé et naturel...mais le produit commençait presque à s'effriter au fur et à mesure que je l'appliquais, du coup, pas de photo (j'aurais du, tout le monde aime voir des photos de maquillages à chier avec des produits pourris, non?! Alleeeez avoue!!)

miniature de 4g - full size de 10g 25 euros





Le petit goodie du mois.
Bon, comment vous dire, déjà que le motif de la boîte m'inspirait pas des masses, là, une fois colorié d'une manière qui ne représente absolument pas ma vision de l'harmonie, autant vous dire que me l'agiter sous le nez en format carte postale cadeau ne va pas me faire changer d'avis. Je crois que ça va rester au fond de la boîte, et la boîte, avec toutes les autres qui s'empilent. 


Bilan de cette box? J'aime tout. dans l'ensemble, je suis très satisfaite de ce que j'ai reçu, et il me tarde même de recevoir celle d'avril, et ça, ça faisait un bail que je l'avais pas dit. Mais c'est pas pour rien, et surtout pas juste parce que celle de mars était aussi bonne que du chocolat Merveilles du Monde (vous vous souvenez? Ce chocolat au lait aux noisettes avec les animaux dessus, et une carte avec chaque tablette? Ça fait des années que j'entre dans le rayon chocolat en priant pour en retrouver. Brrrreeeef), mais surtout parce que pour avril, j'ai déjà pu choisir la couleur d'un produit que je vais recevoir, et c'est un vernis. Ôôôôô joie.

Et toi, tu as reçu quelle version de la Birchbox de mars? Et si tu l'a pas reçue, et aucune autre d'ailleurs, ne t'inquiètes pas, je ne demanderai pas une fois de plus si tu n'es pas tentée, c'est bon, on a compris que non (et noooon cette dernière phrase n'est destinée à personne en particulier bien sûr :p )





dimanche 15 mars 2015

J'ai encore craqué pour du chic et cher. C'est chiant.



Au départ je comptais uniquement parler de cette petite merveille hors de prix et de ses qualités indéniables (en gros, elle déchire), mais en cherchant à illustrer mes propos grâce à mes photos prises avec autant de soin que quand je mitraille mon chat qui dort parce que je le trouve meugnon, je me suis rappelé pourquoi je ne parle jamais de blush: je n'arrive pas à capturer l'effet sur mes joues en photos. Ça ne veut pas. 






Je me fais la totale: teint unifié et éclatant (si si, moi je le vois comme ça, pas toi?!), aussi lisse que le cul d'un bébé (avant de s'être chié dessus. Ça, c'est ce à quoi je ressemblais avant de camoufler la misère à la truelle en mousse), je m'empare de mon gros pinceau à blush touffu, je le trempe timidement mais non sans plaisir dans un de ces trois petits carrés magiques, et je m'effleure délicatement la pommette jusqu'à obtenir ce petit "ouais, là, c'est bien: assez de couleur et de lumière pour la bonne mine, je vais m'arrêter avant de ressembler à....baaaah..à ce à quoi je ressemblais avant l'étape fond de teint: les joues d'un joli "rouge rosacée" flamboyant".






J'admire le résultat, c'est flatteur, lumineux, ça apporte un joli relief sur mon visage...je me dis "là, voilà, c'est parfait, je vais prendre une photo, je pourrais pas rêver mieux pour mon article".
Et puis ce qui devait arriver, arriva. On voit que dalle sur les photos, sinon mes défauts, rougeurs, pores, et autres saloperies qui ont décidé de se révéler face à l'objectif. 
J'ai essayé sous tous les angles, avec différentes lumières et réglages (autant que peut me l'offrir mon petit appareil numérique basique): non, ça veut pas, aucun rendu fidèle à l'horizon.

Là, je me dis, putain c'est con quand même, le produit envoie grave du pâté, il m'a coûté la peau du cul, et je peux pas offrir autre chose qu'un malheureux swatch au petits yeux qui viendront se ballader ici. La loose.







Ce qui m'a gentiment rappelé que ouais, il m'avait coûté cher ce trio de blush. 
Et le pire, c'est que j'ai même pas réfléchi dix secondes avant de le prendre: je savais ce que je voulais, je me suis plantée devant, je l'ai demandé, je l'ai payé, je me suis barrée, me délestant de £56 aussi facilement qu'il m'est aisé de m'enfiler un bol de chocapic à la cuillère à soupe (non mais je fais une fixette sur les chocapic en ce moment...)
Enfin je mens un petit peu en fait.. J'avais repéré ces blushes à leur sortie, lorsqu'ils étaient disponibles en "mono". Quand j'ai réalisé qu'Hourglass était disponible en Angleterre, il a suffit, il y an un an de ça, d'un petit week end à Londres avec ma mère, pour la traîner jusqu'au rayon beauté de Liberty pour aller baver devant ces précieux avec la ferme intention de repartir avec deux ou trois.







C'est que j'avais économisé! Ben ouais, moi je fais partie de celles qui aiment s'offrir un bel objet de maquillage, si vous voyez ce que je veux dire. Plutôt que d'aller claquer quelques euros par ci par là pour un produit efficace dedans mais moche dehors (ce que je fais aussi des fois hein...chuuuuut) je préfère placer mes écus de côté jusqu'au jour où j'irai les jeter par la fenêtre pour mettre la main sur un truc luxueux. J'aime ça. J'aime un joli produit, et j'aime encore plus quand il tombe entre mes doigts dans sa petite enveloppe lourde et soignée. (ajoutez un pochon en velours et je me fais pipi dans la culotte)






Mais quand j'ai pu tater les Ambient Lighting Blush, j'ai été déçue: je les trouvais bien légers quand même.. Le boîtier paraît chic et lourd, mais en fait ça pèse pas lourd. Ajoutez à ça la tronche ahurie que faisait ma mère devant l'étiquette du prix, et me voilà repartie de Londres sans ramener une tranche d'Hourglass.

Puis la palette est sortie. La palette qui ne contenait pas un, ni deux, mais bien trois blushes de cette gamme mes amis!! Ouep. Là ça rigole pas. Et puis si le packaging penchait du côté cheap de la chose avec les mono, là, ils étaient trois contre moi. Le plastique du boîtier ne faisait peut être pas le poids devant l'étiquette du prix, mais je le faisais encore moins devant ce concentré de séduction. 
Objectif: Liberty, le retour.




LUMINOUS FLUSH



Janvier 2015, Londres, porte monnaie chargé à bloc, Liberty, Hourglass, porte monnaie vide.
La palette Ambient Lighting est mienne.

Après le mitraillage en règle pour le blog (et mon impatience qui me dit "mais quelle idée de faire un putain de blog beauté et de prendre des produits immaculés en photo alors que t'es impatiente comme pas permis et que t'as juste envie de te les tartiner tous les trois sur les joues direct en sortant du magasin?!?), je teste la chose.



INCANDESCENT ELECTRA



Il faut savoir qu'en plus, une des trois teintes de la palette est inédite. Ouais, bon, ça me fait une belle jambe, j'ai pas toute la collection, et j'étais pas particulièrement à l'affût d'une nouvelle teinte, maaaais ça fait toujours plaisir.
Les photos et swatches sont pliés, je suis plantée devant mon miroir avec le teint plâtré et la ferme intention de tremper mon pinceau dans une de ces merveilles marbrées. 

Je reste prudente. Si les swatches paraissent aussi foncés, c'est pour vous montrer un max de couleur, mais autant vous dire que sur les joues, je vais me calmer un peu, faut pas déconner.



MOOD EXPOSURE ( que j'imaginais comme un blush à la limite du bronzer, mais qui s'avère être un brun orangé très naturel et très lumineux, et finalement assez passe partout! 


Et là, là...je fonds...c'est dingue. Le constat est le même pour les trois teintes après trois jours de test (un pour chacun, pas folle au point de se remaquiller trois fois dans la journée pour tout tester. Cette fois...): ça se diffuse à merveille, t'as pas l'impression de déposer une vulgaire couleur irisée sur ton visage, non, tu déposes de la vie. De la vie j'te dis. Et même si je me lève avec une furieuse envie de défoncer tout ce qui se mettra en travers de mon chemin pendant la journée, la vie est belle avec ce blush.

Ok ok j'exagère carrément, mais honnêtement, l'équilibre entre couleur et lumière est tellement parfait, que t'es forcément plus belle après avoir mis ce truc. 
Deux mois qu'il est sur ma coiffeuse, et deux mois que je me maquille avec lui 90% du temps.



Ne me demandez pas ce qu'il vient foutre là. Il s'est incrusté, donc il est là, et il y reste. 



Jusqu'à présent, je n'avais rencontré une telle osmose qu'avec le blush Hervana de Benefit, celui que je garderais si je ne devais en garder qu'un, et ben bye bye Hervana, si les zombies attaquent, j'embarque Hourglass. Et trois pour le prix d'un! Bim! (enfin, "pour le prix d'un"...façon de parler, bien évidemment...)

Là où je m'interroge, c'est sur ces marbrures. Je n'arrive pas à me décider: est ce purement esthétique? Ou cela joue-t-il sur le fini obtenu? Et ben j'ai envie de vous dire, c'est joli, ça tient bien, ça me donne un air frais et structuré (ça vous parle si j'vous décris ça comme ça?!), alors je m'en branle, mais complet. Ils ressortent la même avec deux autres teintes de la collection permanente et une autre teinte exclusive, j'irai chez Liberty claquer une somme indécente, même si c'est avec ma mère, même si elle fait une tête qui veut bien dire ce qu'elle veut dire.

Et à l'heure où j'écris cet article, je ne suis pas maquillée. Ouais, on est dimanche aujourd'hui, et le dimanche, généralement c'est journée "no make up and greasy hair", mais rien que de vous en parler, et de la tripoter pendant que je vous en parle (la palette, je tripote la palette...), ça me donne envie d'aller me mettre devant mon miroir et de me maquiller comme si j'allais sortir ce soir, alors qu'on sait très bien, vous et moi, que ce soir ça va encore finir en plâtrée de pâtes devant une série fraîchement téléchargée, le cul bien enfoncé dans le canapé.

Au final, je ne regrette vraiment pas d'avoir claqué une telle somme dans cette palette (£56 ça faisait combien en euros début janvier? Je ne veux pas le savoir. Je ne VEUX pas le savoir). 
Et vous, combien êtes vous prêt(e)s à dépenser dans un produit de beauté? Est ce que vous trouvez que ça en vaut toujours la peine? (ou jamais...parce que c'est vrai que des fois, on trouve joli et efficace pour 10 fois moins cher...)





dimanche 1 mars 2015

Ce rouge à lèvres que je n'aurais jamais du acheter.




C'est la fin des vacances, il me reste des livres sterling. Ma stratégie? Dire à l'Homme que je vais aller acheter un sandwich, qu'il n'a qu'à m'attendre là, parce que ça fait déjà une heure qu'on se tape toutes les boutiques du terminal 5, et que "je sais que t'en as marre, alors assieds toi, je fais vite!"
C'est parti. 
Direction Boots.
Je prendrai un sandwich sur le chemin du retour, parce que chez Boots ils avaient l'air sacrément dégueu quand même.







Ok. Je n'ai pas encore acheté de rouge à lèvres. Je ne peux pas repartir d'ici sans en avoir acheté un.
Ça, pour moi, c'est d'une logique absolument implacable. 
Quand je vais en vacances, j'essaie de rentrer avec le moins de liquidités en monnaie locale, tu comprends. La bonne excuse en somme. Et du coup je comprends mieux pourquoi je n'avais pas senti la fièvre acheteuse me compresser le cerveau quand j'étais en Irlande..   
Donc quand je fais le petit inventaire de ce que contient ma valise déjà enregistrée et qui a intérêt à arriver et entière, je me rends compte que j'ai acheté des fringues, du maquillage pour tous les recoins de ma gueule, et mes extrémités pleines d'ongles, mais rien pour mes lèvres. 
Ça, c'est inadmissible. C'est le truc qui me fait craquer assez facilement d'habitude, et là, je n'en ai trouvé aucun..
Honteux!!







Je me plante donc devant les produits Maxfactor. Ouais, parce qu'avec l'Homme en train d'attendre, c'est pas le moment de déconner là, comparer et swatcher 50 rouges à lèvres de 10 marques différentes tu le feras en France, t'as pas le temps, faut se bouger le cul, et choisir vite.

Mais rien ne m'emballait.. Couleurs banales, produits pas attirants..J'étais à deux doigts de me décider à garder mes livres sterling ou d'aller acheter un putain de shampooing sec juste pour dire "j'ai acheté un truc" quand je suis tombée sur cette petite couleur printanière (allez y franchement avec l'accent du sud pour lire ça, moi je le dis comme ça) qui m'a fait dire "ooh j'en ai pas des comme ça, allez, c'est frais, c'est passe partout, ça a pas l'air trop casse gueule, tu viens avec moi, on va vivre de belles choses ensemble". Et puis, il promet belle couleur et hydratation, tentant non?!







Aaaah mais si seulement j'avais pu éviter de dépenser une partie de mes derniers petits sous pour cette merde!! Ça m'apprendra tiens. La prochaine fois j'irai directement dépenser 25 livres dans un rouge à lèvres qui n'aura peut être de luxueux que le packaging, mais au moins il fera pas moche au milieu de tous les autres.

Bon, je suis mauvaise langue, il est pas si moche que ça le ptit Pink Brandy (ouais, c'est le nom de cette bouse), il est doré, avec la base en plastique transparent avec un insert de la même couleur que le rouge à lèvres (ou presque)
C'est juste que je le trouve tellement nul que je ne peux pas m'empêcher de le trouver moche. C'est comme un mec en fait, il aura beau être au moins aussi attirant que Ragnar (un jour j'apprendrai à ne pas mentionner Ragnar dans tous les articles. Un jour.), si c'est le pire de tous les connards, tu le trouveras pas séduisant. Si?! Ouais, ptetre après quelques pintes si. Bref, tu vois où je veux en venir?







Le test de la bête à présent.
La couleur: un joli corail, plus sheer qu'opaque, au fini satiné, sans reflets bizarres ni paillettes, un corail sympathique ma foi!
L'odeur: ça sent le caramel... Non mais je te vois venir, non, pas le caramel que tu fais quand t'as envie de tenter la tarte tatin de Philippe Conticini, le caramel que tu peux sentir quand tu t'es encore laissée aller à acheter un putain de gel douche aux senteurs chimiques de ton enfance, tu vois? Pareil. 
La tenue/la texture/l'application (non parce que le packaging je t'en ai déjà fait un petit topo alors on va enchaîner avec les sujets qui fâchent, vraiment): lorsque je l'ai swatché sur ma main, que ce soit à l'aéroport ou dans mon jardin (ouais, c'est là que j'ai pris les photos  mais on s'en fout), je me suis dit que cette texture légère et modulable, moi qui suis habituée et quasi exclusivement attirée par les trucs bien opaques, ça pouvait être parfait avec smoky baveux et bien gras! 
Ha! Mais quelle désillusion! 





Lorsque je l'ai appliqué sur mes lèvres, ça a muté en une sorte de crème dégueulasse, au rendu pas uniforme, et le moins flatteur du monde...
Il faut dire que depuis quelques temps j'ai les lèvres particulièrement abîmées. Tu sais, le genre qui pèle, qui craque, et qui saigne, et qui te fait fuir la moindre exfoliation à moins de vouloir te taper une petite sanquette ni vu ni connu. C'est typiquement dans ces moments là que tu ne mets pas de rouge à lèvres. Pourtant...



En haut: Pink Brandy. En bas, L'AUTRE rouge à lèvres. Ouais, là je me dis qu'ils se ressemblent vachement, mais rien à voir en fait, vous verrez.


Le même jour, pour les photos, j'ai appliqué un autre rouge à lèvres dont je vous parlerai bientôt, et la différence est flagrante.. On voit clairement celui qui ne sert qu'à mettre tes défauts en valeur, et ça, c'est rédhibitoire. 
Et en plus ça ne tient pas. Ça se barre au bout de quoi...allez...un heure après, ça te laisse de la couleur dans les plis, et basta! Bon, au moins, ça ne file pas dans les ridules, mais c'est une bien maigre consolation. Non, ce truc est merdique. 


Du coup, je l'applique au doigt par dessus une bonne couche de baume à lèvres auquel je veux apporter un léger voile coloré, et c'est tout.


Ah dans la catégorie "j'aurais mieux fait de garder ma thune pour la prochaine fois que je viendrai en Angleterre" j'ai fait fort. Que ça me serve de leçon (et d'excuse pour aller direct chez Charlotte Tilbury La prochaine fois, là y'a des rouges qui m'inspirent!!)

En plus quelque chose me dit que mon dernier achat compulsif en matière de rouge à lèvres va me laisser un goût sacrément amer sur les lèvres...mais je vous en reparlerai une fois que je l'aurai reçu.

Et toi, as tu déjà acheté un truc sur un coup de tête pour te rendre compte plus tard qu'il était bien plus joli sur ta main que sur tes lèvres? 



Et si jamais tu veux quand même t'offrir ce Colour Elixir Lipstick de Max Factor, saches qu'il t'en coutera £7,99 et que tu peux le trouver chez Boots.