vendredi 29 mai 2015

Pure Color Envy Shine: le vilain petit frère.




Lorsque je pense à l'amoncellement de maquillage qui peuple ma coiffeuse, je me rends compte que les rouges à lèvres ont une fâcheuse tendance à proliférer. Et malgré le fait que leur nombre soit en constante augmentation, il y en a deux qui se détachent du lot, et qu'aucune nouveauté ne semble pouvoir détrôner. Des Dieux rouges à lèvres en fait: le Rouge de Givenchy, et le Pure Color Envy d'Estée Lauder.








Je vous ai déjà suffisamment rebattu les oreilles avec le Givenchy, mais beaucoup moins avec le Pure Color Envy, pourtant, même si niveau packaging, le Givenchy le surpasse, il n'en est pas moins proche de la perfection. Oui. La perfection ma ptite dame! Ce qui n'est pas censé exister j'te rappelle. Nulle part. Et pourtant, quand tu es déçue de ne pas avoir trouvé la perfection chez ton mec, bah c'pas grave, ce rouge à lèvres est là pour te consoler (il va de soi que le rouge à lèvres ne t'apportera pas tout ce qu'un mec peut t'apporter, mais le rouge à lèvres, il ronfle pas, lui)







Alors quand j'ai vu que cette perfection allait se voir déclinée en version shine, je me suis dit "mhmmm...tentant. Tentant". Et j'ai craqué pour le rouge, Empowered. Evidemment.
Pour rappel, le Pure Color Envy, c'est une tuerie à tous les niveaux: pigmentation, tenue, confort, facilité d'application, packaging classe si tant est que le bleu marine couplé au doré ne te fasse pas trop penser à ta mère grand, avec fermeture aimantée jouissive (ouais, moi j'adore ça, je le fais claquer 20 fois à chaque application. J'aime quand ça claque.) Et en bonne frileuse pessimiste que je suis, je me suis immédiatement persuadée que la version shine devait être fadasse (comprendre: jouer sur la transparence) et du genre à disparaître aussi vitre qu'un vieux gloss sephora acheté 1€ en soldes à -80%.
J'avais à moitié raison.

Enfin non, pas à moitié, faut pas exagérer, mais un peu quand même.
Tu l'auras donc compris: si la version originale me fait kiffer sa race mais un truc de ouf, la version shine, et ben...pas tellement tellement.








La version Shine reprend exactement le même packaging que la version originale, en plus long, et plus fin. Le bleu est le même, et le clac quand tu le fermes aussi. Comment ça ça commence à se voir que je suis légèrement obsédée par la fermeture aimantée??

Ce qui les différencie véritablement, c'est la forme du raisin. Classique chez l'original, ronde et plate et chiante chez le Shine. Pourquoi chiante? Parce que je ne suis pas fan de cette forme de raisin, je ne sais pas pourquoi, je dois sûrement être super nulle, mais j'ai toujours plus de mal à l'application avec cette forme là. Je crois d'ailleurs ne posséder qu'un seul autre rouge à lèvres avec un raisin pareil: le Mrs Mia Wallace d'Urban Decay, mais qui est absolument superbe, ce qui me permet de faire l'impasse sur ce vilain défaut.








Mais où est ce que ça pêche encore pour me faire dire que cette version est plutôt bof?
L'application. Pas seulement à cause de la forme du raisin, mais aussi parce que quel que soit le nombre de passages, j'ai l'impression d'obtenir quelque chose qui manque cruellement d'homogénéité.
C'est dommage, parce que mon idée du Shine tout en transparence à été balayée vite fait bien fait dès que je l'ai swatché en magasin: la bête est plutôt bien pigmentée! 
Du coup, on pourrait s'attendre à voir ses lèvres habillées du beau rouge d'Empowered, et pas à moitié! Mais non..le résultat est "patchy", j'ai beau repasser plusieurs fois, il laisse toujours cette impression de "c'est joli mais ça fait trois heures que tu le portes là non?" Non. Je viens de le mettre.
Les boules.






Ce qui m'emmerde aussi pas mal, c'est la tenue. J'ai lu dans une autre revue, pour d'autres teintes, qu'il laissait les lèvres teintées après complète disparition de la matière au fil des heures, et qu'il fallait limite y aller au démaquillant waterproof pour enlever ça. Aaaaah ouais? Sérieux?!?
Je dois faire de sacrées économies de démaquillant avec Empowered alors!
Il se comporte plutôt bien sur les lèvres pourtant! Il ne file ni dans les commissures, si dans les ridules, mais il file tout court en fait.. Au bout d'une heure, j'ai l'impression qu'il ne reste qu'un léger voile coloré, et pas homogène bien évidemment. 
Nul.






Pourtant, il est confortable le con!! Ah ouais, très confortable même. Comme un bon baume à lèvres, que tu sens sur tes lèvres, mais pas envahissant, juste assez hydratant pour te donner l'impression d'avoir les lèvres moelleuses à souhait. 
Du coup je suis assez déçue.. Quand je vois les avis sur les autres teintes de la gamme, je me dis "mais c'est pas possible je suis mal tombée ou quoi?! Il a fallu que je choisisse LA teinte à chier du lot!!" Mais comme je n'ai clairement pas les moyens de me risquer à aller vérifier en achetant un autre vilain petit frère du Pure Color Envy, je resterai sur cette impression de m'être faite avoir, alors que j'aurais du m'en tenir aux valeurs sûres plutôt que de craquer pour un truc bancal dont je n'avais pas besoin. (tu le vois que je regrette mon achat là?)
On ne m'y reprendra pas.


Et toi, tu connais ces Pure Color Envy Shine? Tu as déjà été déçue par un rouge à lèvres dont tout le monde ne disait que du bien?



samedi 23 mai 2015

Birchbox, je te quitte.



Le mois dernier, Birchbox et moi, on a eu une petite discussion. Je l'ai regardée dans les yeux, et je lui ai dit "il faut qu'on parle". 
Vous le savez aussi bien que moi, ça, dans une relation, c'est le genre de phrase qu'il ne fait pas bon entendre. 
Ca s'est finalement terminé par ma volonté de lui donner une seconde chance. Et j'étais bien décidée à ce que ce soit la dernière. Entre nous, ça n'allait plus du tout, et le mois de mai représentait sa dernière opportunité de me reconquérir. Ben ouais, moi ça fait 28 mois que je lâche les 13 euros mensuels, si y'en a une qui doit faire un effort, c'est elle. 





Je suis du genre à me lasser, et si la routine peut parfois malgré tout sembler rassurante, avec Birchbox, elle commençait à m'ennuyer sérieusement. Il ne m'en fallait pas beaucoup pour passer de "peu d'enthousiasme" à "plus rien à foutre". 
Et puis la box de mai est arrivée.

Mais laissez moi vous mettre ça en situation, parce que le contexte a pas mal influencé ma décision. Pas que ça ait faussé mon jugement, non non. Je vois plutôt ça comme une "aide au déclic", comme une façon de me dire "mais putain comment j'ai fait pour pas agir avant?!?"






J'étais à la maternité depuis deux jours, à me familiariser avec mon ptit gars fraîchement né, quand l'Homme me dit "ah, t'as reçu ta Bitchbox!" 
Franchement, il m'aurait dit "ah, je me suis coupé les ongles des pieds" que ça m'aurait pas fait plus d'effet.
Du coup, après avoir automatiquement répondu "ah ben j'ouvrirai ça quand je rentrerai!", alors qu'il y a un an de ça je l'aurais presque supplié de me la ramener et plus vite que ça, là, je me suis dit que si y'a un truc de la boîte aux lettres que j'avais envie qu'il me ramène, c'était plutôt les prospectus des hypermarchés du coin pour voir si y'avait pas des promos sur les couches. 
Birchbox, c'était mal barré pour toi.






Puis j'ai fini par rentrer, et par déballer ma Birchbox.
Et je n'en ai eu, rien, mais alors rien à branler. Je ne pourrais pas dire ça autrement, je l'ai ouverte, j'ai vu ce qu'elle contenait, je l'ai refermée, posée dans un coin, et je suis repartie essayer de gérer  les crevasses de mes mamelons. Franchement, c'était beaucoup plus réjouissant, pour vous dire...




THEOPHILE BERTON - SAVON NOIR BAIN DOUCHE

Premier produit qui me saute aux yeux (ouais, parce que c'est le plus gros, et que cette Birchbox, elle me semble quand même bien maigre, la taille des produits me fait penser qu'en fait elle se fout de ma gueule, elle a vraiment envie que je la quitte), une miniature de savon liquide, qu'on peut utiliser sur le corps et le visage. Ok. Pourquoi pas hein! Sauf que ça pue. Ca pue j'te dis!! Alors je veux bien que ce soit sans ceci et sans cela mais plein d'huile d'olive, mais à sentir ce truc là, je préfère autant me prendre un bain avec ma bouteille de Carapelli (avec la promo 1 achetée/1 gratuite autant te dire que je te la remplis vire fait la baignoire! Cette obsession pour les prospectus me perdra...)
Bof. 
Voyons la suite.

miniature 50ml - full size 500ml 11,90€




CHI - ARGAN OIL, HUILE

Le truc Chi pour les cheveux. Mais oui, tu sais?! Le truc que t'as déjà en 4 exemplaires dans ton tiroir, et que tu essaie d'utiliser de temps en temps en essayant de ne pas penser que c'est bourré de ces putains de silicones et qu'il veulent te faire croire que c'est juste de la bonne truffe, de la perle, ou de l'huile d'argan ou que sais je encore. Mon cul ouais. 
Du coup, en voyant un énième petit flacon Chi dans ma Birchbox, j'ai eu envie de leur faire bouffer sérieux... C'est bon, j'ai testé deux gammes différentes qui avaient la même gueule et exactement le même effet sur mes cheveux, j'ai eu ma dose. Pour la découverte, tu repasseras.


miniature 15ml - full size 89ml 32,50€



OoLUTION - GLOW UP, SOIN DU VISAGE MULTI ACTIONS


Bon, le produit semble prometteur, avec une compo plutôt pas dégueulasse, alors pourquoi je râle? Pourquoi je suis pas emballée? "parce que t'es une connasse!" que j'vous entends dire.
Ben ouais, sauf que là c'est pas à cause de ça.
Ma peau fait sa capricieuse, mais j'ai trouvé une routine qui me satisfait plutôt bien. Elle est simple, pourtant il me suffit d'en enlever un peu sans rien changer pour faire face à une invasion de gras, ou de boutons, alors un nouveau produit, là, tout se suite, maintenant, j'ai pas envie de m'y risquer.
Certaines frileuses du changement de leur routine soin visage me comprendront. 
Ceci dit, ça ne m'empêche pas de le garder dans un coin, pour le jour où ma peau deviendra vraiment ingérable et que je serai désespérer au point de fouiner dans les miniatures Birchbox inutilisées (et y'en a..)

miniature de 15 ml - full size 20 ml 33€






LIPSI COSMETICS - APHRODITE POWDER


Pffff...je sais pas quoi vous dire... C'est une poudre pour le visage, pour éviter de briller, tout en floutant pores et imperfections...blablabla...J'aurais reçu une miniature aussi mal foutue mais contenant la fameuse poudre de finition Laura Mercier que j'aurais moins fait ma chieuse, mais franchement...le packaging pas pratique, ajouté au fait que juste étalée sur ma main elle fait éclater toutes les zones de sécheresse au grand jour, ça me fait juste penser qu'elle va finir à côté de cette miniature étrangement ressemblante d'un produit similaire d'une marque inconnue même plus vendue sur l'eshop que j'avais reçue il y a quelques mois: au fond du tiroir. 

miniature de 4ml - full size 21g 20€




AKANE - HUILE PURIFIANTE DEMAQUILLANTE

Je vais commencer par le positif: je n'ai jamais testé le démaquillage à l'huile, donc ok, c'est cool. Et j'aime bien les produits Akane, parce qu'ils ont tous une odeur absolument délicieuse.
Comment je le sais?
Ben parce que c'est la troisième fois que je reçois du Akane dans ma box! (ça y est, on balance le négatif là, au cas où t'aurais pas remarqué), alors la découverte qui sent le réchauffé, merde quoi..
Et puis cette Birchbox attend dans un coin depuis presque deux semaines que j'écrive cet article, et je n'ai pas testé un seul des produits, alors je suis tout bonnement incapable de te dire si cette huile démaquille aussi bien qu'elle sent bon, désolée.

miniature de 12ml - full size 50ml 9,90€


Cette box de mai, même si elle n'a pas un design aussi ennuyeux que d'habitude, bien qu'un peu trop rose à mon goût, m'a laissée de marbre. 
Je me suis tout simplement dit "si c'est pour ne pas être un tant soit peu emballée par la surprise mensuelle, autant arrêter."
Je l'ai refermée, et je suis allée stopper mon abonnement.
Elle n'a pas fait d'effort, elle a cru que ses défauts passeraient inaperçus tant que je resterai accro ma petite surprise mensuelle. Et ben elle s'est trompée.
Cette box de mai, la 28ème que je reçois, est la dernière.
Alors ça va me faire bizarre de ne plus la recevoir, et je suis sûre que je ferai un peu la gueule si je vois des contenus alléchants apparaître en juin ou juillet, mais je reste convaincue que ça passera. Surtout que mes 13 euros, ils seront pas de trop pour aller acheter des couches en promo.


Et toi, avec les box, t'en es où?




dimanche 17 mai 2015

A la découverte de GOSH Cosmetics: du bof et du bon.



La dernière fois que je suis allée frétiller d'excitation devant des rayons de maquillage Londoniens, je suis rentrée avec pas mal de petites choses, mais dans la catégorie "à se mettre sur la tronche", j'ai essentiellement opté pour deux marques: Hourglass, et Gosh.
La première m'a coûté aussi cher que le putain de bon resto Indien qu'on s'est fait le soir même, mais c'était une tuerie: aucun regret donc.
La deuxième, c'est une marque qui offre des produits de qualité pour pas cher (on est du côté drugstore de la force là, ça reste abordable!!), et j'avais envie de tater un peu la chose depuis un moment.







J'avais lu de bonnes critiques, notamment sur les blushes,  et Gosh, c'était un peu la marque qui monte, qui monte...maaaais...malheureusement pour moi, elle s'est misérablement cassé la gueule à mi chemin.
Ayant déjà jeté mon dévolu sur un trio de blushes chez Hourglass, je n'ai pas voulu me diriger vers ce qui semblait être THE produit Gosh à tester, et je me suis donc décidée pour les yeux.

Il faut dire que quand j'ai vu cette palette (et les deux autres harmonies de couleur disponibles), et les crayons tous plus affriolants les uns que les autres, je me suis dit "ooooooh je vais m'arrêter là". J'ai posé mon panier par terre, et j'ai commencé à décorer mes mains de dizaines de swatches tous plus abstraits les uns que les autres.






Première à entrer dans mon panier: la palette Shadow Collection, composée de 9 fards à paupières.
Enfin quand je dis première...en deux exemplaires, parce que j'ai eu la bonne idée de ramener cette bouse et de l'offrir à Séverine du Blog Pimpante et Rafraichie. Pourquoi cette palette? Parce que je me suis dit que niveau couleur, y'avait de quoi s'amuser un peu (et puis elle s'éclate autant avec les couleurs que moi à me mettre du rouge à lèvres orange alors que je reste à la maison à rien glander) et qu'elle trouverait bien une manière de se coller ça sur les yeux.
Fière comme pas deux, et emballée par le rendu sur le bout de mes doigts et tout mon avant bras, j'étais loin d'imaginer qu'une fois sur les yeux, j'allais me fendre d'un "meeeeeh...." doublé d'un "pffff" de déception, parce que, que tu achètes de la merde, passe encore, mais que tu en offres, ça te fout bien les boules quand même...







J'ai clairement craqué pour le violet, me disant que ça, j'allais forcément me le tartiner sur les paupières, sans prendre trop de risques. La déclinaison de vert, elle me rappelait une palette Yves Saint Laurent que j'avais achetée sur un coup de tête et revendue il y a quelques années parce que je ne m'en servais pas, et je l'avais regretté. Donc le vert, ok, je prends.
Le bleu, c'était histoire de sortir un peu de ma routine  et de me risquer à mettre autre chose, surtout que la teinte centrale, une sorte de bleu/gris pastel absolument somptueux m'avait inspirée.







Là où j'ai commencé à me rendre compte que c'était quand même bien bof tout ça, c'est lorsqu'un matin, je me suis dit "allez, truc de dingue, aujourd'hui je me la fais total look bleu sur les yeux", et que.....j'ai oublié de mettre de la base.
Il faut savoir que ces derniers mois, surement perturbée par la petite chose à quatre pattes qui squatte mon ventre, j'ai oublié de mettre de la base sur mes paupières une fois sur deux, et que sur moi, peu importe la qualité du fard, si je n'en mets pas, une heure après, y'a plus rien.
Enfin, j'ai réellement compris le sens de "plus rien" une heure après avoir testé ces bleus. D'habitude, ça va se loger dans les plis, ça s'estompe, ça fait maquillage de lendemain de cuite où t'étais trop bourrée pour te démaquiller avant d'aller au lit, mais là....c'est simple, y'avait plus rien, sinon une légère poussière bleutée à peine perceptible.







Du coup j'ai testé toutes les couleurs, et avec base, histoire de pas me retrouver avec un fiasco pareil sur la tronche une deuxième fois, et là je me suis rendue compte de ce qui ne m'avait pas sauté aux yeux la fois d'avant: c'est quoi cette merde???
Je ne comprends pas comment un swatch du bout des doigts, ensuite étalé sur le bras, peut avoir un rendu aussi merdique que les yeux. Ça semble "patchy", ça manque de pigmentation, d'intensité, appelles ça comme tu veux, bref, ça le fait pas. C'est fadasse.






Les seuls qui s'en sortent plutôt bien ce sont les violets, et encore, le rendu est loin d'être aussi subtil que le fard peut le laisser présager dans la palette. Et le pire...même avec une base, ça s'estompe très vite au fil des heures (si on peut dire "des heures" au bout de deux heures..)
J'étais déception.

Aujourd'hui, je ne sors cette palette que très rarement, parce que j'aime quand même beaucoup les couleurs, et que je ne peux pas résister à l'envie de sortir un peu de ma routine nude pour me les appliquer de temps en temps, mais clairement, si j'ai envie de faire péter un maquillage coloré, et qui tienne, je dégaine la Vice 2 ou 3 d'Urban Decay, et là, au moins, je suis sûre de pas être déçue du résultat (sauf si je fais un truc mega moche, mais ça, c'est une autre histoire..)






Heureusement pour moi, le fait d'avoir craqué pour trois crayons ne m'a pas laissée avec la vague impression de m'être bien faite enfler.
La gamme était relativement bien garnie, et les couleurs loin d'être aussi banales que les éternels noir/brun/beige/vert, avec ou sans paillettes.
Au départ, je suis tombée sur Woody Green, une sorte de bleu canard, et je me suis dit que ce serait celui là que j'enverrai à la pauvre Séverine. Et puis je suis tombée sur l'autre...





I sea you. Bleu, bourré de paillettes et reflets, et là...jackpot, toi, mon gars, tu repars dans le panier avec moi, et en deux exemplaires.
Bon, évidemment, après l'avoir reçu, quand elle m'a annoncé que c'était un dupe du Junkie d'Urban Decay, j'ai vite déchanté. J'étais tellement fière de ma trouvaille! Eh ben non, désolée ma vieille, ce crayon Gosh, il est sympa, mais c'est du réchauffé! La loose!!
Bon, ce qui est intéressant c'est que si vous passez par là et qu'il vous fait envie, vous savez que vous pouvez le dégoter en version UD, chez Sephora!






Enfin, dernier crayon à venir se glisser dans mon panier, le Renaissance Gold. J'adore le doré sur les yeux, sous toutes ses formes, du doré "or pur" au noir doré, jusqu'au doré jaune, avec reflets verts, ou bronze..j'adore ça. Alors quand j'ai fait glisser ce crayon sur ma main, mon réflexe a été de dire "aaaaaaaaah....aaah ouais...ouais ouais ouais, toi, tu viens avec moi, c'est sûr". 

Mais là où je suis plus que satisfaite, c'est que ces crayons, pour un prix moins élevé que ceux d'Urban Decay, n'en sont pas moins bons pour autant: la mine est grasse, mais pas trop, glisse bien, et laisse un trait fortement imprégné de pigments, et pour longtemps. Oui, enfin, j'ai pu trouver un peu de tenue dans tout le bordel décevant que j'avais pu expérimenter jusqu'à présent #mauditepalette






Et même si ce n'est pas flagrant, voilà un exemple de maquillage réalisé volontairement un peu à l'arrache juste pour vous montrer le côté fadasse de certains fards. Parce que oui, croyez le ou non, mais là j'ai essayé de faire un truc avec 3 fards, et la photo a été prise une heure après avoir tout appliqué, sur une bonne dose de base. Si on y regarde de plus près on pourrait presque voir les petits vaisseaux que j'ai au dessus de mes cils supérieurs, et pourtant, j'ai mis la dose de bleu j'vous le dis!!! 
Autant, certains fards peuvent être intéressants travaillés avec une touche de transparence, mais là, c'est pas de la transparence bordel!! C'est de la merde, c'est pas pareil. Si? Non c'pas pareil.

Le crayon, lui, tient des heures sans problème, sauf en muqueuse. Je n'en mets jamais en muqueuse, je n'aime pas ça, mais là, j'ai voulu le tester, et Renaissance Gold, on le distingue à peine, au milieu de miettes d'un mascara pourri que j'avais décidé de mettre pour l'occasion. Bah ouais, tant qu'à la jouer maquillage de merde, autant y aller à fond.



Chez Gosh, je retiens donc les crayons, et je pense que j'en reprendrai quelques uns si je repars en Angleterre agiter mes gros doigts dans les rayons make up en quête de swatches. Par contre, la palette, on ne m'y reprendra pas. J'prendrai un blush tiens, vu que j'ai pas l'intention de reclaquer une somme obscène chez Hourglass. Enfin j'dis ça...



Et vous, avez vous déjà été déçue par une marque fraîchement découverte? Ou à moitié déçue, comme moi?